Culture Numérique

Siècle Digital

Culture Numérique c'est un flux de podcast édité par Siècle Digital qui embellit votre culture web chaque semaine. Nous y abordons des thématiques liées aux géants du numérique (Meta, Google, Apple, Amazon), à l'utilisation des technologies en Chine, mais aussi du marketing, des réseaux sociaux, et même de l'économie.

Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

read less
TechnologyTechnology

Episodes

La France s’attaque à la fast fashion : vers l’instauration d’un système de bonus-malus
Apr 8 2024
La France s’attaque à la fast fashion : vers l’instauration d’un système de bonus-malus
H&M, Zara, Primark, Shein ou encore Temu : les plateformes de fast fashion ne cessent de se multiplier ces dernières années. Des vestes à 11 euros, des chaussures à moins de 15 et même des t-shirts à moins de 2 euros, elles pratiquent des tarifs extrêmement bas, avec le seul objectif de pousser à consommer toujours plus. La fast fashion, c’est une partie de l’industrie textile qui produit des vêtements de mauvaise qualité et parfois fabriqué dans des conditions douteuses, avec des produits nocifs pour la santé. Le tout à des prix défiant toute concurrence, et des centaines si ce n'est des milliers de nouvelles références mises en vente chaque jour. Surproduction, surconsommation, ce modèle est aussi néfaste pour la planète : importés d’Asie, ces vêtements finissent souvent par se retrouver à l’autre bout du monde, polluant l’environnement. Ce succès nuit également à l’industrie européenne, qui beaucoup de ses clients se détourner au profit de ces plateformes. Pour lutter contre la fast fashion et ses dérives, une proposition de loi est née, en France. Voté en mars à l’unanimité par l’Assemblée Nationale, ce texte, porté par la députée Horizons Anne-Cécile Violland, vise à instaurer un système de bonus-malus. Elle s'attaque également à la publicité de ces marques. Alors les vêtements de fast fashion coûteront-ils bientôt plus cher ? Que prévoit le texte exactement ? Quelle mesure fait débat ? Pour le savoir, Siècle Digital s’est entretenu avec le député Les Républicains de la Loire, Antoine Vermorel Marques.Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et sur les plateformes de streaming. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
TikTok : vers une interdiction aux États-Unis ?
Apr 1 2024
TikTok : vers une interdiction aux États-Unis ?
L’avenir de TikTok n’a jamais été autant remis en question aux États-Unis. Début mars, un projet de loi lui fixant un ultimatum a été dévoilé. S’il est voté et appliqué, ByteDance, maison mère de TikTok, pourrait être obligé de vendre sa plateforme. Sinon, le réseau social pourrait tout bonnement être interdit sur le sol américain. Depuis le mandat de Donald Trump, l’administration américaine s’attaque au réseau social chinois. Espionnage ou encore propagande, Washington craint que ce géant du numérique ne pose des problèmes de sécurité nationale. Mais cette fois, c’est différent. Le projet de loi avance très rapidement et des votes ont déjà eu lieu, tous favorables au texte. TikTok tente bien d’organiser la résistance, mais sans réel succès. Plus les semaines passent, plus la situation semble se dégrader. Cependant, il convient de relativiser. Avec Mathilde Velliet, chercheuse au sein du Centre Géopolitique des technologies de l'Ifri, spécialiste des enjeux internationaux liés aux nouvelles technologies, cet épisode a vocation à montrer qu'il reste encore plusieurs étapes avant que ce projet ne devienne loi, et que la loi ne s’applique. Peut-être même qu'il ne deviendra jamais réalité.Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et sur les plateformes de streaming. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
DMA : les Big Tech se mettent en conformité, la Commission aux aguets
Mar 18 2024
DMA : les Big Tech se mettent en conformité, la Commission aux aguets
DMA, trois lettres qui impactent déjà les vies de millions d'Européens. Elles signifient Digital Markets Act, le nom d’un règlement européen historique, entré pleinement en vigueur le 7 mars. Le cousin du DSA, concerne les très grandes entreprises, son but étant d'augmenter la transparence et la concurrence sur les marchés numériques, en attaquant directement la domination des Big Tech. Apple, Microsoft, Google, Amazon, TikTok et Meta sont concernés. Plusieurs de leurs services ont donc eu le droit à des nouveautés, bon gré mal gré. Des changements qui impactent notre façon d’utiliser les smartphones et Internet.Aujourd'hui, si vous tapez une adresse dans Google, impossible d'être renvoyé rapidement vers Google Map. Avec un iPhone, il est obligatoire de choisir un navigateur par défaut. Quelques exemples découlant directement du DMA. Siècle Digital, s’est demandé quelle est la suite pour ce texte, si la Commission européenne est prête à faire face aux géants du numérique et à leurs contestations, mais aussi comment ces derniers intègrent les mesures du DMA. Des questions qui ont été posées à Joëlle Toledano, professeure émérite d’économie et membre du Conseil national du numérique.Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
Sam Altman, les dessous d'un projet à 7 000 milliards de dollars
Feb 26 2024
Sam Altman, les dessous d'un projet à 7 000 milliards de dollars
Sam Altman, PDG d’OpenAI, a un grand projet, titanesque, pour ne pas dire utopiste, à 7 000 milliards de dollars. L’homme d’affaires veut réorganiser l’industrie mondiale des semi-conducteurs, afin d'approvisionner OpenAI et de lui permettre de produire un jour ses propres puces. L’intelligence artificielle a besoin de puces, ou plus précisément de GPU, pour fonctionner. Par conséquent, avec le boom de l’intelligence artificielle, une course mondiale aux puces pour IA s’est engagée. Une société domine ce marché : Nvidia. Ses GPU haut de gamme permettent d’alimenter les IA les plus puissantes. Ils s’arrachent à prix d’or, entraînant une dépendance à ce géant américain et des risques de pénuries. Les petites entreprises, elles, ne peuvent pas toujours se payer ces GPU. Voilà pourquoi Sam Altman veut réorganiser l’industrie : pour mettre un terme à cette pénurie et sortir OpenAI de la dépendance à Nvidia. Cela coûterait entre 5 000 et 7 000 milliards de dollars, soit deux fois le PIB de la France. S'il en a déjà discuté avec plusieurs investisseurs et potentiels partenaires, comme TSMC, SoftBank, ou encore le gouvernement des Émirats arabes unis, rien n'indique que son projet réussira, ni que l'industrie est prête pour de tels changements. C'est en tout cas l'avis de Arrian Ebrahimi, chercheur en semi-conducteurs à Pékin.Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
Threads : que vaut le « Twitter bienveillant » après son ouverture en Europe ?
Feb 12 2024
Threads : que vaut le « Twitter bienveillant » après son ouverture en Europe ?
Comment s’en sort Threads, le dernier né du géant des réseaux sociaux Meta ? Il a été lancé dans le monde entier en juillet 2023, avant de débarquer en Europe en décembre. Trois jours seulement après son lancement sur le vieux continent, Threads comptait 2,6 millions de téléchargements. Au niveau mondial, en octobre, Mark Zuckerberg, le PDG de Meta, évoquait le chiffre de 100 millions d’utilisateurs. À titre de comparaison, à ce moment-là X en comptait 245 millions. Une montée en puissance rapide et vertigineuse, qui augurait d’un avenir radieux. Le fonctionnement de Threads étant basé sur l’infrastructure d’Instagram, il facilite l’inscription et la création d’une audience. C’est également un lieu sans publicité, hybride, où information et instantanéité semblent se mélanger à du divertissement. En opposition à son concurrent X, Mark Zuckerberg a pensé Threads pour être positif, un endroit convivial pour discuter.Malgré tout cela, de nombreuses questions subsistent sur Threads : quels sont les contenus les plus prisés par ses utilisateurs ? Y a-t-il des opportunités pour les marques ? Quelles sont les communautés présentes ? Ou encore comment se comporte l’algorithme ? Devant tant d’interrogations, à Siècle Digital, nous avons décidé de faire un premier bilan sur Threads, après quasiment 2 mois de lancement dans l’Union européenne, avec Nathan Pillot, planeur stratégique chez We Are Social.Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
2023, une année en demi-teinte pour la French Tech
Feb 5 2024
2023, une année en demi-teinte pour la French Tech
2023 était-elle une année réussie pour la French Tech ? Si elle ne s'est pas révélée complètement ratée, elle n'était pas totalement réussie pour autant. En 2022, il y a eu 365 opérations de levées de fonds pour un total de 12,3 milliards d’euros récoltés par les start-up françaises. Mais en 2023, ce montant a chuté : 281 opérations pour 8,3 milliards d’euros. Une baisse importante en un an seulement. Est-ce vraiment étonnant ? L’année précédente était déjà placée sous le signe de la sobriété. Inflation, hausse des taux d’intérêt, frilosité des investisseurs et recherche de la rentabilité : ces facteurs ont entraîné une raréfaction de l’offre de financement.Pourtant, des champions français s’en sont bien sortis. Plus globalement, l’Hexagone a moins souffert du contexte économique difficile que certains de ses voisins, comme le Royaume-Uni. Alors qu'aujourd'hui, l’heure semble à la prudence, quels enseignements tirer des levées de fonds dans la French Tech en 2023 ? Quel bilan en dresser ? Qu’est-ce que cela dit de 2024 ? Quels sont les profils des investisseurs ? Pour répondre à toutes ces questions et bien d’autres encore, Siècle Digital est allé voir le cabinet de conseil KPMG, qui a dévoilé en janvier son baromètre annuel Tech Insights, et tout particulièrement Jean-Pierre Valensi, associé KPMG France.Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
Atos : « too big to fail », une faillite interdite
Jan 29 2024
Atos : « too big to fail », une faillite interdite
Un géant français de la technologie est au bord du précipice : Atos, entreprise de services numérique tricolore historique. Cette société née dans les années 1990 avait pourtant tout pour réussir. Partenaire historique des Jeux Olympiques ou encore du gouvernement sur le nucléaire, Atos, c’est à l’origine des activités de gestion de serveurs informatiques. Mais avec le temps, ce mastodonte européen s’est diversifié. Depuis quelques années, il est présent sur des marchés porteurs, à l’instar de la cybersécurité. Aujourd’hui, il compte plus d’une centaine de milliers d’employés, dont plus de 50 000 en France. Des employés plongés dans l’incertitude la plus totale depuis près de 2 ans.Atos est cerné de dette, et les échéances de paiement approchent, avec l’urgence de trouver des liquidités. À cette fin, en 2022, un projet est lancé : la scission de ses activités en deux entreprises : Eviden d’un côté, Tech Foundations de l’autre. Un projet qui s'est invité dans les débats des députés français et qui a suscité l'opposition de certains actionnaires. Aujourd’hui, la situation de l'entreprise est critique. Pour faire un point sur les dernières péripéties d'Atos, Siècle Digital est allé voir Leïla Marchand, journaliste aux Échos.Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
Loi SREN : une régulation du numérique à la française très critiquée
Jan 15 2024
Loi SREN : une régulation du numérique à la française très critiquée
La loi française visant à sécuriser et réguler l'espace numérique est appelée loi SREN. Déposé sous forme de projet de loi par le gouvernement en mai 2023, ce texte a fait beaucoup parlé, au point de faire polémique. Pourtant, ses intentions sont louables. Concrètement, la loi SREN a notamment pour objectif de protéger les citoyens des arnaques en ligne, de protéger les mineurs contre la pornographie, ou encore de lutter contre le cyberharcèlement. Sous le feu de critiques : la méthode choisie. Plusieurs associations évoquent une loi autoritaire, qui viendrait remettre en cause le principe du pseudonymat sur internet.Une chose est certaine : ce projet de loi a d’énormes implications. Ne serait-ce qu'en voulant contrôler l’identité des personnes allant sur des sites pornographiques, tous les modes d’accès aux plateformes comme les réseaux sociaux changeraient. Le gouvernement souhaite aller tellement loin, que son texte vient empiéter sur le RGPD et le DSA, entraînant des avertissements de la Commission européenne. En compagnie de Marc Rees, journaliste au média l’informé, Siècle Digital décode les mesures de cette loi SREN, son avenir, ainsi que les raisons de la colère européenne.Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
AI Act : un texte ambitieux pour encadrer l’intelligence artificielle
Jan 8 2024
AI Act : un texte ambitieux pour encadrer l’intelligence artificielle
Le vendredi 8 décembre, après 37 heures de négociations intenses, les instances de l'Union européenne sont tombées d'accord en trilogue sur l'AI Act, l'ambitieux texte européen devant encadrer l'intelligence artificielle. Réputé strict, ce texte est une première mondiale. La grande majorité des acteurs du secteur s'accordent aujourd'hui pour dire qu'un encadrement de l'IA est nécessaire. Fortement démocratisée à la fin de l’année 2022, cette technologie comment déjà à changer les quotidiens. Porteur et lucratif, c’est aujourd’hui un marché valorisé à plus de 327 milliards de dollars avec de forts enjeux de souveraineté face aux géants américains que sont OpenAI et Google. Cependant, derrière tous ses nombreux avantages, il y a aussi des risques, nombreux également.C’est pour prendre en compte tout cela que l’AI Act est né, pour mieux gérer les risques et accompagner l'innovation et les start-up européennes. Mais que contient, pour le moment, ce texte, fruit par excellence du compromis ? Quelle a été l’approche retenue, alors que les parlementaires voulaient un encadrement plus dur, quand certains pays, dont la France, souhaitaient une loi plus souple ? Dans cet épisode, Siècle Digital décode l’AI Act et ses mesures avec Chadi Hantouche, Partner IA et data au cabinet de conseil Waveston.Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
Quelles tendances social media en 2024 ?
Jan 1 2024
Quelles tendances social media en 2024 ?
2024 est là. Nouvelle année oblige, le nombre d’articles, de vidéo sur les tendances 2024, va exploser. Il y en aura partout et sur tout un tas de sujet. Culture Numérique a décidé d’ouvrir cette année sur les tendances social media. Les réseaux sociaux sont omniprésents de nos jours. Ces plateformes sont centrales pour garder du lien social, se tenir informé, se divertir, acheter aussi. Même pour les marques, les réseaux sociaux sont devenus incontournables. Mais ça, ce n’est pas nouveau. En revanche, ce qui est nouveau, c’est l’accélération de la multiplication des plateformes : X, Facebook, Instagram, TikTok, LinkedIn, BeReal, et maintenant Threads… Il y en a toute une foison.Ajoutez à cela le nombre croissant de fonctionnalités et l’arrivée de nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle et vous obtenez un secteur en pleine ébullition. Dans un tel contexte, il est plus important que jamais de connaître les tendances social media à venir, pour éviter les faux pas. Bien choisir ses canaux pour mieux toucher sa cible, utiliser l’IA mais avec modération, la place des influenceurs, un environnement réglementaire plus dur… Il y a pas mal d’éléments à expliquer. Pour ce faire, Siècle Digital est allé voir un expert : Jonathan Noble, CEO et cofondateur de Swello.Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
Au revoir 2023, bonjour 2024... Notre épisode de fin d'année
Dec 25 2023
Au revoir 2023, bonjour 2024... Notre épisode de fin d'année
2023 touche à sa fin. Une année pleine de rebondissements, d’actualités fortes et complexes. Le boom de l’intelligence artificielle entraîné par ChatGPT a bouleversé notre société. Qui dit intelligence artificielle dit OpenAI et Sam Altman, mais aussi puces et processeurs. Un marché où de grandes entreprises du monde entier se livrent une bataille féroce. Bien sûr, il est impossible de parler de semi-conducteurs sans aborder les tensions extrêmes entre les États-Unis et la Chine. Comment ne pas également évoquer X, le réseau social d’Elon Musk. Entre polémiques, nouvelles fonctionnalités et arrivée de concurrents de taille, la plateforme a connu une année 2023 agitée. Bien sûr, cette année était aussi une année à réglementation : en Europe, le Digital services Act est officiellement entré en vigueur le 25 août. Un accord a été trouvé pour le salariat des travailleurs de plateformes et pour encadrer l’intelligence artificielle à travers l’AI Act, un texte historique. Voilà en résumé ce qui a fait l’actualité en 2023. Pour conclure en beauté et en légèreté cette année bien chargée, Siècle Digita a décidé de faire un épisode un peu spécial, avec Benjamin Terrasson, journaliste à Siècle Digital, et Valentin Blanchot, rédacteur en chef.Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
2023, une année cyber agitée
Dec 18 2023
2023, une année cyber agitée
2 milliards d’euros : c’est le coût estimé des cyberattaques en France en 2022. Cette année-là s’est révélée intense d’un point de vue cyber. Les menaces ont augmenté, de même que le nombre d’attaques. Le tout en pleine guerre entre l’Ukraine et la Russie, accentuant les risques. À la fin de l’année 2023, qu’en est-il, quel bilan cyber dresser ? Le contexte géopolitique n’a fait que gagner en instabilité, le conflit entre Israël et la Palestine venant s’ajouter à la guerre en Ukraine. Sans oublier les tensions entre la Chine et les États-Unis.Aujourd’hui, tout est numérique. Ainsi, PME et TPE, établissements publics et stratégiques, ou encore Monsieur et Madame tout le monde : nous sommes tous concernés par les cybermenaces. Selon le cabinet de conseil Asterès, le nombre de cyberattaques réussies contre des organisations publiques et privées en France a atteint 385 000 en 2022. D’année en année, ce nombre ne fait qu’augmenter et actuellement, il faut également composer avec une technologie qui s’est démocratisée : l’intelligence artificielle. En cette période de fêtes de fin d’année, Siècle Digital vous propose de revenir sur le cyber en 2023, et même de se projeter sur 2024 avec Bertrand Trastour, Directeur Général France du spécialiste de la cybersécurité Kaspersky.Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
Black Friday, Cyber Monday : la fièvre du shopping à son paroxysme
Dec 11 2023
Black Friday, Cyber Monday : la fièvre du shopping à son paroxysme
Près de 2 Français sur 3 ont fait des emplettes durant le Black Friday 2023. Un succès toujours plus important, qui amène à une multiplication de ce genre d’événement promotionnel de fin d’année. Le mois de novembre est ainsi devenu le mois des promotions. Tout commence par le Single Day, événement promotionnel d’origine chinoise. Vient ensuite le Black Friday puis suit le Cyber Monday. Le Black Friday est tout particulièrement devenu l’événement promotionnel de fin d’année le plus attendu. Selon l'étude Strategy pour PwC Network, 43% des acheteurs français déclarent avoir profité l'an dernier de cet événement pour acheter leurs cadeaux. En cinq ans, le chiffre d'affaires total réalisé à l'occasion du Black Friday en France a augmenté de 22 % pour atteindre 398 millions d'euros en 2022. Mais malgré leur popularité indiscutable, ces événements doivent faire face à leur lot de défi. L'inflation galopante a-t-elle impacté négativement le volume d'achat réalisé ? Spoiler : non. Comment expliquer cet engouement toujours plus fort, même en période de crise ? Quel est le comportement d’achat des Français ? En 2023, ces grandes promotions sont également des nids à arnaques et beaucoup dénoncent aussi une ode à la surconsommation, un désastre écologique. Ces rendez-vous ont-ils encore de l’avenir ? Siècle Digital a décidé de revenir sur l’origine de ces grands événements promotionnels de fin d’année, ainsi que sur leur impact et leur place en France, avec Géraldine Chevallier, Directrice Business Development Consumer & Retail chez KPMG.Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
Les Français sur le numérique : une prudence relative
Dec 4 2023
Les Français sur le numérique : une prudence relative
Les Français sont-ils prudents sur le Web ? Plus globalement, quelles sont leurs pratiques sur le numérique et quels enseignements en tirer ? Voici les questions de cet épisode. Des questions d’actualité : entre 2020 et 2022, le nombre de cyberattaques dans certains pays européens a augmenté de 300 à 400%. Selon Allianz, le nombre de victimes de ransomware a bondi de 143 % au niveau mondial au cours du premier trimestre de 2023. Enfin, d’après le cabinet Astérès, le nombre de cyberattaques réussies contre des organisations publiques et privées en France a atteint 385 000 en 2022, pour un coût global de 2 milliards d'euros.Dans un monde basé sur le numérique, où le nombre de cyberattaque augmente d’année en année, il convient d’être plus prudent que jamais / D'autant plus que les particuliers aussi sont concernés, tout le monde peut se voir viser. Ne pas cliquer sur n’importe quel lien reçu par SMS, faire attention à ce que l’on poste sur les réseaux sociaux, prendre des précautions lors de l’utilisation de services bancaires : Voilà quelques bonnes pratiques, qui ne sont pas assez mises en œuvre. Dans l’une de ses dernières études, le spécialiste de la cybersécurité Kaspersky dresse l’état des lieux des habitudes des Français sur le numérique, avec un paradoxe : si une majorité s’estime prudente, dans les faits, il y a encore des progrès à faire. C'est ce qu'explique Amine Bouzelgha, Social Media Manager chez Kaspersky.Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.