Les grands entretiens du collectif librest

Les grands entretiens du collectif librest

Une série d'entretiens exceptionnels avec des auteur.e.s interrogés par les libraires du réseau librest read less
ArtsArts

Episodes

Philippe Descola : "Les formes du visible" au Théâtre Les plateaux Sauvages
Nov 7 2021
Philippe Descola : "Les formes du visible" au Théâtre Les plateaux Sauvages
Entretien réalisé en public au Théâtre Les Plateuax Sauvages en septembre 2021 "Les formes du visible" (Seuil, 2021)  Présentation de l'éditeur :  La figuration n'est pas tout entière livrée à la fantaisie expressive de ceux qui font des images. On ne figure que ce que l'on perçoit ou imagine, et l'on n'imagine et ne perçoit que ce que l'habitude nous a enseigné à discerner. Le chemin visuel que nous traçons spontanément dans les plis du monde dépend de notre appartenance à l'une des quatre régions de l'archipel ontologique : animisme, naturalisme, totémisme ou analogisme. Chacune de ces régions correspond à une façon de concevoir l'ossature et le mobilier du monde, d'en percevoir les continuités et les discontinuités, notamment les diverses lignes de partage entre humains et non-humains. Masque yup'ik d'Alaska, peinture sur écorce aborigène, paysage miniature de la dynastie des Song, tableau d'intérieur hollandais du XVIIe siècle : par ce qu'elle montre ou omet de montrer, une image révèle un schème figuratif particulier, repérable par les moyens formels dont elle use, et par le dispositif grâce auquel elle pourra libérer sa puissance d'agir. Elle nous permet d'accéder, parfois mieux que par des mots, à ce qui distingue les manières contrastées de vivre la condition humaine. En comparant avec rigueur des images d'une étourdissante diversité, Philippe Descola pose magistrale ment les bases théoriques d'une anthropologie de la figuration. Médaille d'or du CNRS, professeur émérite au Collège de France, Philippe Descola développe une ant hropologie comparative des rapports entre humains et non-humains qui a révolutionné à la fois le paysage des sciences humaines et la réflexion sur les enjeux écologiques de notre temps.
Gilles Kepel : "Terreur dans l'hexagone" au Théâtre de la Bastille
Nov 7 2021
Gilles Kepel : "Terreur dans l'hexagone" au Théâtre de la Bastille
Un entretien qui a eu lieu ne janvier 2016 au Théâtre de la Bastille Terreur dans l'hexagone (Gallimard, 2016)  Présentation de l'éditeur :  Pendant les dix ans qui séparent les émeutes de l'automne 2005 des attentats de 2015 contre Charlie Hebdo puis le Bataclan, la France voit se creuser de nouvelles lignes de faille. La jeunesse issue de l'immigration postcoloniale en constitue le principal enjeu symbolique. Celle-ci contribue à la victoire de François Hollande aux élections de 2012. Mais la marginalisation économique, sociale et politique, entre autres facteurs, pousse certains à rechercher un modèle d'« islam intégral » et à se projeter dans une « djihadosphère » qui promeut la rupture avec l'Occident « mécréant ». Le changement de génération de l'islam de France et les mutations de l'idéologie du djihadisme sous l'influence des réseaux sociaux produisent le creuset d'où sortiront les Français exaltés par le champ de bataille syro-irakien. Fin 2015, près de mille d'entre eux l'ont  rejoint et cent cinquante y ont trouvé la mort, sans compter ceux qui perpètrent leurs attentats en France. Dans le même temps, la montée en puissance de l'extrême droite et les succès électoraux du Front national renforcent la polarisation de la société, dont les fondements sont aujourd'hui menacés de manière inédite par ceux qui veulent déclencher, dans la terreur et la désolation, la guerre civile. C'est à dénouer les fils de ce drame qu'est consacré ce livre.  Biographie Gilles Kepel, spécialiste de l'islam et du monde arabe contemporain, anime le séminaire « Violence et dogme » à l'École normale supérieure et enseigne à l'Institut d'études politiques de Paris. Il a récemment publié aux Éditions Gallimard Passion arabe (2013) et Passion française (2014). Antoine Jardin, spécialiste de la sociologie politique des quartiers populaires, est ingénieur de recherche au CNRS.